Comment ne pas consommer « contrefait »

Contrefaçon
Pour consommer intelligent et éviter d’acheter des « faux », voici quelques bons « trucs » à savoir… et à appliquer. En effet, qui détient un produit contrefait est considéré comme receleur…

Méfiance.

Méfiance. Voilà sans doute la qualité première du consommateur face à l’acte d’achat. A l’étranger, sur Internet… un faux peut vite être pris pour un vrai. D’où quelques règles basiques à respecter, sorte de manuel du bien consommer sans tracas. Car un consommateur pris en flagrant délit de détention d’un produit contrefait sera considéré comme receleur.

-Bien regarder l’étiquette et le conditionnement du produit avant l’achat, ce sont des éléments qui peuvent alerter sur la véracité de celui-ci.

-Douter dès que le prix du produit luxueux semble plus bas que la normale. Hormis les soldes organisées par les marques elles-mêmes ou sur des sites spécialisés dans les ventes privées, le consommateur doit s’interroger dès lors qu’un produit de luxe est proposé à un prix en deça de son prix général de vente.

-En cas d’achat d’un produit contrefait, prévenir la Douane et la marque victime de la contrefaçon. C’est un moyen d’éviter d’être accusé de recel, la loi considérant que détenir un objet contrefait même à l’insu de son plein gré est considéré comme du recel.

-En cas d’achat via un site Internet, douter dès lors que les conditions générales de vente ne figurent pas. De même doivent être précisées les coordonnées, adresse, numéro de téléphone de la société proposant les produits à la vente ainsi que les modalités d’expédition de ces derniers.

-Surveiller ce qui se dit sur les réseaux sociaux, ce sont d’excellentes sources d’informations, notamment sur les produits contrefaits, les sites frauduleux…

© 2014, Laurence BOTTERO, Journaliste

Articles associés

Commentaires

Réagissez à l’article