Votre site Internet est-il piraté, à votre insu, par des contrefacteurs ?

Contrefaçon
La contrefaçon continue d’augmenter ! Alors que la contrefaçon des articles de sport fait perdre à l’Union européenne 500 millions d’euros chaque année et à la France 82 millions, les contrefacteurs usent de techniques informatiques de plus en plus pointues pour développer leur business.
Des techniques de référencement prohibées

D’abord, les contrefacteurs recourent au détournement d’URL. A l’insu des propriétaires, ils ajoutent à de nombreux sites Internet des pages cachées contenant des liens indésirables ou des contenus parasites, qui redirigent vers une e-boutique de produits contrefaits. Leur cible : les sites légaux bien référencés et peu sécurisés, type PME. Pour booster le référencement de leur site de vente de contrefaçon, ils utilisent aussi ce qu’on appelle le « Black Hat SEO » : surutilisation de mots-clés, dissimulation ou duplication de contenu, addition de liens invisibles, publication de sites miroirs…

Une professionnalisation des sites Internet de contrefaçon

S’inspirant du marketing, les contrefacteurs pensent davantage à élaborer leur site comme des professionnels : choix d’un nom de domaine crédible, correction des fautes d’orthographe trop grossières, rédaction des conditions de vente du site et d’un formulaire de contact, sécurisation des moyens de paiement… Afin d’imiter parfaitement le site officiel d’une marque, ils reprennent ses logo, images et publicités, tout en conservant des prix suffisamment élevés pour faire croire à des soldes ou à un déstockage.

Décidément, l’imagination des contrefacteurs est sans limite…

© 2015, Delphine Rauch, Docteur en droit

Articles associés

Commentaires

Réagissez à l’article