Une marque, ça se protège !

Propriété industrielle
Elle vient de naître, elle éclos, pleine de promesses et d’enthousiasme et ses parents posent sur elle un regard plein d’espérances. Elle, c’est la marque. Votre marque. Née après un intense travail de recherche, fruit de longues cogitations. La voici enfin prête à se lancer à l’assaut du monde. Un vaste espace où tout est possible…

…Même se faire lamentablement copier. Sauf que correctement protégée, la marque ne craint presque plus rien. La protection de la marque doit être l’un des premiers actes du chef d’entreprise. Nombreux sont ceux qui font une recherche à l’INPI. Mais interroger la base de données de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle n’est pas suffisant. Ce qu’il faut c’est dé-po-ser. En 3 syllabes bien distinctes pour un acte fondateur – au même titre que la rédaction des statuts ou l’immatriculation au RCS – et qui engage l’avenir.

Pas de dépôt, pas de protection.

Car en cas de litige, de concurrents non bienveillants, de tentative de profiter de la notoriété, le dépôt de marque permet d’agir et de ne pas empêcher d’entreprendre en rond. Et n’allez pas croire que l’usage vaut pour droit. Ce n’est pas parce la marque est utilisée depuis des décennies qu’elle est protégée. Pas de dépôt, pas de protection. C’est simple, clair et précis. Et édifiant… CQFD.

© 2014, Laurence BOTTERO, journaliste

Articles associés

Commentaires

Réagissez à l’article